Industrie automobile, pourquoi Tesla devrait réussir sur le marché ?

Tesla Motors réussit jusqu’à présent malgré les défis communs de lancement des nouvelles entreprises. Au fil des ans, il y a eu d’innombrables démarrages d’entreprises du secteur de l’automobile qui ont tenté, sans succès, de devenir des entreprises durables. Au-delà des difficultés de démarrage du secteur automobile, Tesla a connu de nombreux autres problèmes de démarrage courants, tels que le manque de liquidités et les retards de production. Tout bien considéré, ils auraient dû s’effondrer. Voici les quelques raisons qui lui ont fait tenir.

Tesla profite du pouvoir de ses stars

Bien qu’il y ait beaucoup de talents de rock star parmi le personnel de Tesla dans chaque département, son PDG Elon Musk et sa réputation de pilote de succès est sans aucun doute un élément clé de la bonne fortune de l’entreprise. Après avoir fondé d’autres sociétés florissantes (dont PayPal et Space X, où se trouve également l’actuel PDG), Musk a fait ses preuves en tant qu’ingénieur brillant et vendeur remarquable. Cette combinaison, lorsqu’il a fait équipe avec les cofondateurs de Tesla, Martin Eberhard et Marc Tarpenning, en tant que président du conseil d’administration de l’entreprise, a permis d’obtenir rapidement des fonds auprès des investisseurs.

Tesla est généreux

En 2014, Musk a annoncé sur le blog de Tesla que les brevets de l’entreprise ne seraient pas défendus et que l’entreprise souhaitait que d’autres personnes utilisent sa technologie pour faire progresser l’industrie. Il a écrit : “Le leadership technologique n’est pas défini par des brevets, dont l’histoire a montré à maintes reprises qu’ils n’offrent qu’une faible protection contre un concurrent déterminé, mais plutôt par la capacité d’une entreprise à attirer et motiver les ingénieurs les plus talentueux du monde”.

En d’autres termes, une fois qu’ils se sont rendu compte que les autres constructeurs automobiles ne seraient pas une menace pour les résultats financiers, ils ont invité la concurrence parce que Tesla elle-même ne serait pas capable de produire suffisamment de voitures électriques pour aider l’écosystème mondial tout seul.

Le choix du meilleur moment

Même si d’autres entreprises ont échoué de façon spectaculaire après avoir reçu des prêts du gouvernement pour développer des technologies énergétiques alternatives, les 456 millions de dollars de Tesla provenant du programme d’énergie propre de 34 milliards de dollars du ministère américain de l’Énergie ont contribué à stimuler le développement des véhicules électriques.

Non seulement le constructeur automobile n’a pas implosé, mais il a remboursé ce prêt quelques années plus tard, après que certaines augmentations de sa marge brute d’autofinancement ont eu lieu : l’investissement de 100 millions de dollars de Musk, le succès des premières ventes du modèle S et la hausse du cours des actions au premier trimestre de 2013.

Tesla s’est concentré sur une seule chose

Avant de se lancer dans la fabrication d’autres produits, l’entreprise s’est concentrée sur une chose : fabriquer une belle voiture électrique à zéro émission. Son premier modèle, le Roadster, utilisait la batterie lithium-ion innovante de Tesla et a été produit entre 2008 et 2012 avec un prix autocollant de 109 000 $, soit environ 99 000 euros.

Les ventes de la Roadster ont permis d’augmenter la trésorerie de Tesla (avec l’aide d’un milliard de dollars de financement additionnel de la part des investisseurs) et d’élargir sa gamme de produits pour inclure le modèle S, plus abordable, à un prix de 69 000 $ (environ 62 500 euros) en 2012. En 2015, le modèle S a été le véhicule électrique plug-in le plus vendu aux États-Unis.

Maintenant que l’entreprise a vu son chiffre d’affaires augmenter de façon significative en dehors de sa Californie natale, Tesla lancera un SUV de luxe (modèle X) en 2016 et une berline en 2017, la Tesla Model 3, moins chère et plus orientée grand public.

Les gens aiment ses voitures

Consumer Reports, la référence américaine en matière d’évaluation automobile, a attribué à la Tesla Model S la note la plus élevée jamais attribuée à une voiture (99 sur 100), citant son “innovation” et son “souci du détail”. Dans le sud de la Californie, l’on ne cesse de s’ébahir tous les jours à la vue d’un Tesla Model S.

Oprah Winfrey vient d’en acheter un. Le nouveau modèle X, un SUV de luxe à portes passagers X-Wing qui s’ouvrent comme les ailes d’un oiseau robot géant, fait déjà fureur dans les premières critiques.

Même les enfants en parlent

Le design épuré et l’expérience utilisateur numérique plaisent à une génération de personnes (et à ceux qui les suivent) qui tiennent ces éléments de design pour acquis, sans parler du message écologique “réduire, réutiliser, recycler” à répétition. Pour les jeunes conducteurs, monter à bord d’un Tesla sera comme conduire un iPhone, ce qui sera une expérience tout à fait naturelle pour eux.

Dans une interview accordée à Bloomberg Business, un ancien employé de Tesla, Aaron Plashton a déclaré : “Les voitures étaient les derniers appareils non connectés, maintenant Tesla a rendu les voitures pertinentes d’une manière moderne, et je pense qu’il est temps pour la prochaine grande itération sur notre façon de penser les véhicules.

Dans un fil de discussion sur le site Web de Tesla, Thomas N., propriétaire du modèle S, a déclaré que sa voiture faisait tourner les têtes, surtout chez les jeunes. “Je ne peux pas vous dire combien d’enfants viennent me voir, des adolescents, des gens qui travaillent dans des centres commerciaux, des stars de cinémas, des serveurs de restaurant, etc. Ils veulent tous voir à l’intérieur et sont si enthousiastes. J’ai entendu ces genres de phrases d’innombrables fois : “Tu conduis ma voiture de rêve !” ou “Que fais-tu dans la vie parce que je veux en posséder une !”    

Maintenant que le Tesla Model S existe depuis trois ans, les gens sont en mesure de les acheter d’occasion, et en fait, déjà 10 % des gens qui achètent des Teslas d’occasion Model S sont moins âgés (personnes de 18 à 34 ans). Dans les années à venir, ce sont ces pilotes qui passeront aux voitures Tesla les plus récentes pour profiter de fonctionnalités telles que, histoire vraie, le “Ludricrous Mode”.

Tesla commence à comprendre

Après plus d’une décennie d’existence, Tesla n’est plus une startup, mais, avec seulement un faible pourcentage des ventes totales de voitures, il a encore un long chemin à parcourir pour gagner des parts de marché et faire pencher la balance vers la popularité des véhicules électriques. Leur succès durable devrait être facilité par la façon dont ils atteignent de nouvelles catégories d’acheteurs d’automobiles. Comme le dit la revue Wired du modèle X, “Tesla a rendu la voiture familiale cool.”

Leave a Comment